La Lia du Costa Rica par Detour Coffee Roaster

Après avoir eu du bon café d’Equator ma copine a décidé de commander du café de Detour. Nous avons eu la chance d’en déguster l’automne dernier et elle avait hâte de pouvoir en boire de nouveau.

C’est le premier que nous avons essayé de sa commande.

La première différence c’est que la variété de café est du Catuai et je n’étais pas familier avec celle-ci. Après une petite recherche sur Google j’ai compris qu’il s’agissait d’une variété hybride des varités Arabica et le Catura jaune. Le Catuai donne un café raisonnable et semble assez résistant au maladie qui attaque les plantes de café.

Malgré le fait que la classification dit que cette variété donne des fèves de grandeur standard, j’ai trouvé que les grains étaient vraiment plus petits que ce que j’ai l’habitude de voir.

On a commencé par se faire un chemex avec ce café et il a vraiment une fragrance et goût différent de ce que nous avons habituellement. Il y a une fragrance qui ne plaisait pas à 100% à ma copine et j’ai dû m’y habituer. Le goût avait une certaine acidité inhabituelle que j’ai associé aux notes de nectarine que Detour mentionne sur l’emballage. Je me suis habitué à la fragrance et le goût avant la fin de la tasse mais ma copine n’est pas capable d’ignorer cette présence inhabituelle et même si elle a dit que c’était un café correct, je pense qu’elle est déçu du rapport qualité/prix. Je dois avouer que je suis assez d’accord que ce café n’est pas dans ma palette pour que je puisse justifier le prix supérieur demandé pour celui-ci.

Je l’ai essayé quelque heures plus tard en espresso et c’est essentiellement le même goût qui en ressort. Je ne vois pas une grande différence dans les saveurs entre le chemex et l’espresso.

Je suis content d’avoir essayé un Catuai pour la première fois et je vais sûrement avoir la chance d’en essayer d’autres pour pouvoir voir la différence des saveurs de cette variété.

Café du Péru par Level Ground Trading

J’ai acheté ce café parce qu’il y avait plusieurs origines de cette brûlerie qui était offert en vente. Je me suis laissé avoir par le prix mais comme je n’avais jamais essayé de café de cet endroit je pouvais me justifier.

Comme la plupart des cafés, il se présente bien et quand on ouvre le sac la fragrance du café te fait rêver d’un excellent café. Le grain est beau.

Par contre, une fois moulu, extrait en espresso ce café est un peu moyen. Il n’est pas mauvais mais il y a une certaine amertume qui m’a surpris d’une café du Pérou parce que j’ai été habitué à bien mieux. Le problème de comparer et d’avoir des attentes à cause d’expériences passées.

On a essayé ce café en V60, en americano et en espresso simple et double avec la même conclusion. Il est un peu trop amer.

C’est très personnel comme évaluation mais les autre notes ne semblent pas passer par dessus le côté amer et c’est dommage.

Je ne vais pas en recommander.

Fuego

Nous avons visité ce café il y a quelques mois à Rochester et malgré la mauvaise expérience de la ville c’est définitivement l’une des bonnes places que nous avons visité.

J’avais eu la chance d’avoir un espresso éthiopien mais quand j’ai voulu acheté des grains de café, ils n’étaient pas disponible et donc j’ai acheté du café colombien. Je me disait que ça ne pouvait qu’être bon parce que l’expresso était délicieux.

Je dois avouer que quand j’ai essayé mon premier espresso avec ce café Colombien je n’était pas certain. Ça ne goûtait pas ce que je me rappelais des cafés Colombiens.

Ce n’est que ce matin que j’ai enfin eu la capacité de bien le goûter et j’ai reconnu le Colombien. Je trouve intéressant que j’ai eu besoin de 5-6 espresso avant de pouvoir y reconnaître ce goût. Je ne suis pas très bon pour identifier les goûts tel qu’ils sont décrits sur les emballages et si on me faisait faire des essaies de plusieurs café je ne pourrais probablement pas reconnaître lequel vient de quelle région ni les notes mais… Le café Colombien a un goût distinct et celui-là j’ai été capable de le reconnaître cette fois-ci.

Je vais parier que vers la fin des grains je ne serai pas capable de reconnaître ce goût parce que le goût change du début à la fin d’un sac. On verra et si j’y pense j’ajouterai un commentaire en temps et lieux.

Ce matin j’ai fait un espresso allongé et c’est peut-être ce qui a permis au petit côté Colombien de ressortir plus facilement. Il y a tellement de variables qui affectent les saveurs que c’est difficile de pouvoir précisément mettre le doigt dessus.

Toujours est-il que ce café est délicieux et que c’est une excellente façon de commencer l’année.

Malgré que je n’ai pas de désir de retourner à Rochester, si j’ai la chance de faire un détour je ferais un arrêt chez Fuego pour ramasser quelques sacs de grains de café. C’est très clair pour moi que ça vaut la peine et qu’ils font un excellent travail comme brûleur de café.

Ashanti Coffee

Juste de l’autre côté de la rue où on a dégusté une excellente pizza.

Belle petite place avec un devanture moderne mais qui vous demande d’entrer par le côté et non par la porte d’en avant. Ça permet de voir la petite terrasse extérieure pour les jours où il fait un peu plus chaud.

Le comptoir de commande et de préparation est bien ordinaire et un peu trop chargé de toute sorte d’items de promotions mais ça se produit dans plusieurs petites entreprises.

Le café que ma copine a essayé initialement était complètement froid et après avoir demander celui qu’elle voulait, ils ont remplacé le thermos. C’est un peu dommage qu’ils ne surveillent pas leur café.

Mon espresso était un peu corsé mais tolérable. Il y avait une autre saveur que je ne peux décrire parce que le côté brûlé me volait toute mon attention.

Je me suis demandé si j’étais capable de tolérer le côté brûlé parce que nous étions l’après-midi et que je venais de manger une pizza avec un goût assez prononcé. C’est parfois difficile de bien juger des saveurs et des notes parce que je sais très bien que ce que j’ai mangé avant influence grandement ce que je goûte à un moment précis.

J’ai bien aimé l’espace où l’on s’asseoit pour déguster notre café. Il y a de bonnes explications du café Ashanti qui vient du Rwanda et qui est transporté par bateau jusqu’à Halifax pour arriver à Toronto par camions et y être rôti. C’est bon de comprendre la source de nos cafés.

De par la source du café j’ai l’impression que les notes que je ne pouvais détecter devaient être plus de noix ou de chocolats noirs.

Il y a un deuxième café Ashanti que nous avons vu mais que je n’ai pas pris le temps d’essayer à Thornbury et je pense que j’aurais bien aimé comparer les deux pour voir si j’aurais goûter la même chose et comment l’aménagement se comparait.

Café de Colombia Maria Rosa Oidor

Ça fait trop longtemps que j’attends pour déguster ce café que j’ai acheté il y a quelques mois. Je sais que c’est un sacrilège que d’attendre aussi longtemps parce que le café est passé sont meilleur.

Malgré ce fait, j’avais hâte de le faire en espresso parce que je savais qu’il y avait un côté sucré à ces grains de café. Ça donne un espresso complètement différent et j’aime bien essayer des cafés qui ne sont pas fait pour un espresso.

Comme je ne suis toujours pas expert avec les notes qui sont indiquées avec les grains de café, je ne goûte pas tout ce qui est inscrit. La note commune étant qu’il y a un goût sucré, je peux dire que je la goûte. Habituellement ce goût vient du fait que les grains ont été séchés avec le fruit du café et qu’ils n’ont pas été lavé mais dans ce cas il est clairement indiqué que ce café a été lavé. Je suis intrigué de comment ils ont réussi à donner ce côté sucré.

Je pense que la plupart des gens aimeraient ce café en chemex ou en café filtre. C’est un café qui se prête beaucoup mieux à ce type de café selon moi.

Malgré toutes ces réalités, je l’aime en espresso mais je suis le seul dans cette maison à penser ainsi.

Brûlerie Rousseau de Québec

J’ai eu la chance de boire du café des Brûleries Rousseau à plusieurs reprises pendant ces dernières années. Ce sont des collègues de travail de Québec qui me l’ont fait découvrir.

Les deux dernières fois j’ai acheté leur café classique et il est vraiment bon. Même si j’aime faire mon snob du café avec les grains de café d’origine unique d’une ferme, il faut parfois admettre que le mélange standard d’une brûlerie peut-être très bon.

Ce n’est pas un café avec un petit goût sucré parce qu’il a été séché en entier ou une autre technique unique. C’est tout simplement un très bon café avec un bon goût léger et sans amertume de café.

La prochaine fois que je suis à Québec, je vais aller m’en chercher un autre sac parce que tout le monde dans notre maisonnée l’aime bien. C’est un tour de force d’être apprécié d’autant de bouches fines.

Café NoGo

Comme je viens de terminer mon café de Bridgehead, j’ai décidé d’essayer le café de NoGo en espresso.

Je trouve que la mention de « Médium » n’est jamais vraiment la même d’une brûlerie à une autre et donc celui-ci me semble plus prêt de léger.

Ça donne un excellent résultat en espresso pour moi parce que les notes ressortent mieux que s’il avait été plus corsé.

Délicieux et je vais définitivement devoir aller m’en chercher d’autre et essayer leur autres cafés.

Est-ce que le milieux de l’avant-midi peut bien arriver que j’aille m’en faire un autre.

Deux cafés à Kingston: Balzac’s

On avait besoind d’être à Kingston pour quelques heures et nous avons eu la chance d’essayer deux cafés. Ça me rends toujours très heureux de pouvoir essayer des nouvelles places.

Le premier café, Balzac’s, était situé sur Princess Street dans la section des boutiques. Espace très intéressant parce que c’est une section de magasinage avec des boutiques plus belles les unes que les autres. La décoration du café est vraiment bien fait. Je trouve toujours que le charme d’un mur de brique est imbattable et le reste a été très bien agencé.

La personne, Shea, qui nous a servi était pleine d’énergie et positive dans tout ce qu’elle disait. Elle posait des questions pour être gentille et s’intéressait à tous ces clients. Un excellent service.

Le café était super bon mais l’espresso m’a fait hésité. Un peu trop corsé à mon goût mais sans arrière goût de brûlé donc quand même bon. C’est correct.

Je regrette de ne pas avoir pris de photos de la tasse en carton parce qu’elle représentait très bien la décoration du café. C’est de l’attention aux détails et j’y retournerais pour un bon café.

Speeder and Earl

C’est un des café que nous avons ramassé au Vermont et comme j’avais bien aimé la place, j’avais hâte d’y goûter.

J’ai déjà dit sur Instagram et Twitter que je le trouvais un peu plus corsé que ce que j’aime habituellement mais je trouve que ça dépend du moment de la journée.

Il n’y a aucun doute que comme torréfacteur, ils sont très bons. Il y avait beaucoup de choix sur place et par les conseils qui sont sur leur embalage on comprend qu’ils veulent que leur client aie la meilleure expérience de café possible.

Je me suis surpris à regarder sur l’emballage pour trouver les notes que je devais goûter dans ce café et il n’y a pas d’indices. Habituellement, je ne suis pas capable d’identifier les saveurs et donc les notes sont souvent complètement inutiles. Je réalise qu’on peut trop facilement s’habituer à nos béquilles. La vraie question est de savoir si on aime le café et si on anticipe la prochaine tasse de celui-ci.

Ma conclusion est que ce café est délicieux et que la qualité est au rendez-vous.

J’espère pouvoir y retourner et essayer un autre de leur café.

Jumping Bean Lighthouse

Quand j’ai vu ce café sur Amazon et qu’il était d’une torréfaction blonde (ou légère), je me suis dit que je devais l’essayer. Il était aussi très abordable.

Malheureusement les espresso que j’ai extrait de ces grains de café était tellement amer que j’ai retiré le tout et je me dis que je ne peux utiliser ce café que pour faire des photos.

Je suis évidemment déçu parce que je m’attendais à un bon espresso puisque la torréfaction est légère mais il est évident que d’autres variables ont joué contre la saveur.

C’est dommage mais je suis heureux d’avoir fait l’expérience. Je crois que ça va me pousser à aller faire une dégustation chez un torréfacteur local pour en apprendre plus sur le processus. Je suis convaincu que ça va m’aider à choisir de meilleurs grains pour mes espresso.

img_20181022_072915